Los 'inconnus' en el teléfono


Parfois je relaxe mon mental plus vite que le corps physique. C’est très drôle car mon corps peut engendrer des spasmes ou des mouvements de contractions involontaires  au niveau des muscles, comme une jambe qui peut se soulever brusquement. 


journal d'un glisseur hors frontières
Dans ces moments, je calibre un peu mieux ma conscience pour accompagner la détente et la sérénité dans chacune des cellules de ce petit corps physique tout frêle et chétif. Un peu d’humour, ça fait du bien ; la meilleure rupture de pattern qu’il soit !
Retour au mental et à la gestion des pensées, pas de travail particulier cette fois ci, toujours autant d’espace pour me faufiler et me permettre d’observer, ce qu’on appelle les phosphènes. J’espère que le vocabulaire se développera dans l’avenir… Mon attention est attirée par une lumière de forme ronde, et je zoome dessus, évitant de regarder ce qu’il y’a autour et ses bords. Je pointe le centre, et donne une impulsion  mental ou  énergétique,... je ne sais pas bien encore : si je veux prendre une tasse de thé vert 100 % bio et local ( c’est pour le style, pas encore possible en Charente maritime) ma main va la chercher, et là c’est pareil ! Je veux tirer ce phosphène à moi, je le fais.
Il peut trembler un peu sur le moment et provoquer aussi des secousses énergétiques.
En le ramenant à moi, je zoome encore plus sur son centre, qui définie une scène quelconque : des gens chez eux, un paysage, des animaux…
Je pense qu’à ce niveau ce sont les images du subconscient en version brut qui sont accessibles. Disponibles sans les interprétations du mental.
Une banque de donnée qui me semble être un peu plus universelle et pas seulement cantonnée à une personne, car je peux décider d’aller plus loin dans l’information ou pas, mais il n’y a pas d’émotions particulières qui en découlent. J’ai remarqué aussi qu’en envoyant une information, un souhait, une idée dans le phosphène qui ressemble plus à un écran de TV d’abord monochrome puis de plus en plus clair, on obtient un retour, une réponse. C'est comme décider de la chaîne à regarder.
Alors j’ai envoyé l’image d’un téléphone qui combinerait les bonnes touches pour avoir l’audio aussi. Durant cette expérience, j’ai donc demandé à avoir le son et au lieu d’être dans une observation visuelle, unique et habituelle, j’ai porté mon attention sur l’acouphène des oreilles que j’ai attribué à un réglage d’onde comme il existe habituellement sur Terre pour réceptionner la bonne fréquence. Et là, j’entends une voix groupée et particulière qui me répond : « on téléphone ! ». La voix a teinté dans mes oreilles, dans mon environnement et pas dans ma tête. J’ai arrêté l’expérience qui m’a semblé toutefois amusante par cette petite blague. Je ne m’attendais pas à ce que cela fonctionne. Face à un événement nouveau, j’aime aller très progressivement, on verra donc une prochaine fois.
J’ai continué ensuite et seulement, sur un repos conscient dans mon corps de chair avec des mouvements énergétiques doux et automatiques.

Commentaires

Les articles les plus consultés en 2017