Projeter la conscience dans son enfance

Je détaille un peu plus dans ce récit un des processus de décorporation, bonne lecture. J'ai commencé simplement par détendre mon corps physique sans techniques particulières, à la manière de n'importe qui avant de dormir, en me laissant complètement aller. Avec une petite différence toutefois, je n'ai accordé aucune importance aux pensées comme aux visions hypnagogiques et autres si affinités. Je suis dans un espace de vide en vacuité.
Déplacer sa conscience vers une autre dimension, une autre fréquence vibratoire
Ce temps est récupérateur et peut être à lui seul une pratique qui permet de régénérer nos outils terrestres, mais pourquoi s'arrêter sur ce chemin? Sans ressentir d'état vibratoire qui forment les secousses énergétiques précédant parfois les glisses de la conscience hors des frontières de la matière, j'ai simplement basculé mon axe de perception sur mon côté gauche car ma position de base était sur le dos. Un lot de sensation se sont ainsi présentés comme une sorte d'étirement et de secousse. Sans techniques particulières encore une fois, dans un style au plus simple, j'ai continué le mouvement énergétique en lançant mes genoux allongés vers le côté gauche pour continuer le mouvement avec les pieds vers l'avant tout en basculant le corps et c'est comme si ma tête cherchait à sortir d'un pull un peu trop serré. Je me suis alors retrouvé aussi tôt dans mon corps physique, mais peu importe, il restait parfaitement endormit, et je retrouvais ma vacuité. Pas de peur, pas d'imagination invasive, que de la paix. Je retente alors l'expérience tranquillement et vais un peu plus loin cette fois ci pour me diriger au pied de mon lit, dans un noir complet, mais encore une fois l'attraction vers mon corps est très forte, et me retrouve encore dedans; cela n'a aucune importance car l'expérience reste très zen. On peut imaginer la situation exceptionnelle d'un bébé dans son sac amniotique qui vient d'être accouché, il reste encore du travail pour la petite famille avant de se retrouver en toute sérénité. Mon sac amniotique énergétique est à mieux percer pour continuer à avancer. Comme on dit jamais deux sans trois, je me fixe un 'délai' car j'ai pas la notion du temps sur cette expérience. La détente profonde du corps physique comme du mental est le plus long. Un délai car c'est important de s'amuser mais j'ai du travail dans la matière qui m'attend, donc ce sera ma dernière tentative. Cette fois-ci je me l'a joue plus bourrin et étend ma main énergétique vers du solide au loin et m'en sert pour me basculer plus rapidement vers l'avant, je sort du lit tout en 'courant' rapidement vers l'avant. Pour améliorer ma vue, je frotte mes yeux comme si de la boue devait être enlevé et secoue ma tête rapidement sur les côtés. C'est n'importe quoi comme genre de sortie mais ce qui m'intéresse c'est de continuer à vivre la vacuité, entraînant une gestion des émotions parfaites. Je vois encore un peu flou et suis dans le couloir de la maison de mon enfance, je suis aussi avec des projections d'images de mon enfance correspondant aussi à des rêves du passé. Mes parents qui passent, parlent, disparaissent; des frères qui courent... Je passe les détails de la suite car c'est du perso.   Je n'ai pas l'habitude de faire une projection de conscience dans un monde astral qui pulse une mémoire onirique, et suppose que: -en mettant de côté ce mental inférieur, je me suis branché à mon subconscient et par l'occasion à ma mémoire onirique? -en me rendant sur ce lieu, et à cause de l'affinité que j'ai avec, la mémoire des murs s'est réveillé? C'est en répétant l'expérience encore et encore que je pourrais peut être approcher un semblant de vérité.

Commentaires

Les articles les plus consultés en 2017