Fail obe et vie passée judaique suite et fin

journal d'un glisseur yoan mryo

Parce qu’il n’y a pas que des réussites où l’on explore les mondes subtils en toute liberté, l’échec est lui aussi présent, cependant à travers celui ci bien souvent l’enseignement est plus grand et porteur. L’importance du partage m’oblige aussi à divulguer ces fameux échecs qui pourraient être à l’occasion un outil, une aide pour l’un ou un récit exotique pour l’autre.
J’utilise ma technique classique du chien mouillé et ressent mon bras droit qui se lève et ai vraiment l’impression que c’est mon corps physique, c’est assez pénible de revenir sur la conscience du corps physique et les nouvelles sensations énergétiques qui marque un manque de fluidité. Tout devient chaotique, j’ai l’impression de faire le poirier sur la tête, de me rouler en boule sur les côtés, d’inverser de sens dans le lit, bouger, changer de place, je finis même par tomber sur le côté du lit. Face à tant de bruit, mon fils Joachim rentre dans la chambre, la lumière est allumée, des jeux sont présents sous le lit et je saisis un dinosaure dans mes mains qui est bien solide. Test de réalité de base effectué, les galipettes dans le lit étaient bien physique.
Nous sortons de la chambre et me retrouve dans un magasin.
C’est quoi ce délire ? Incohérence de la situation, je flirt avec quelques rayons et en une fraction de seconde me retrouve cette fois ci bien dans mon corps physique qui n’a pas bougé. Le petit vélo dans la ma tête se remet à rouler, je ressent encore un peu de fatigue, la digestion toujours en cours, c’est parfait : vive la condition humaine !
Temps de l’aventure : 1heure environ

Allongé sur mon canapé, je suis parfaitement détendu dans une légère transe, je surf sur mes souvenirs et utilise clairement mon mental pour remonter des périodes significatives de joie ou de tristesse. En effet la mémoire est plus accessible lorsqu’une émotion forte y est inscrite. Qu’est je fais ce matin d’heureux ou plus négatif ? Hier ? La semaine dernière ? Le mois dernier ? L’année dernière et c’était quel mois ? Il y’a deux ans et quel mois ? Il y’a dix ans, c’était en quelle année, quel mois, j’étais habillé comment ? Et ainsi de suite jusqu’à la vie fœtale. 
J’ai une tendance à survoler le souvenir comme une caméra de surveillance placé en hauteur et me discipline pour me remettre dans la peau de celui que j’étais afin d’obtenir plus de détails et de sensations. 
Mes yeux balancent naturellement de chaque côté de plus en plus rapidement et indique une transe plus profonde comme la nuit lorsqu’on dort avec son lot de rêves et les MOR pour mouvements oculaires rapides. Je suis là où je dois être, fait ce qu’il faut et reste vigilent afin de maîtriser les informations à recevoir. Il est hors de question pour moi de voir du sang, des crimes ! La petite chochotte que je suis a besoin de douceur sur cette planète bien souvent trop brutale à cause de la main de l’homme. 
Je me connecte à la sortie de corps précédente avec cette femme, l’étoile de David, le rêve de l’église, c’est la direction qui doit être prise, c’est là qu’il faut se rendre. 

yoan mryo
Guerriers Touaregs 19eme siècle
Des crocs pointus, des museaux noirs qui aboient au dehors de leur cage, un pelage tacheté de noir et marron, ma main ganté lancé de la viande à des hyènes. 
Il y’a de la poussière, le sol est marron/rouge, nous sommes un groupe d’individu imposants vêtus à la manière des touaregs actuels. Je porte une armure en cuir et encore au dessus une grande cape. Un char traîné par des dromadaires ou des chameaux arrivent vers moi. On me donne un ordre et entend des mots sans les comprendre. 
Je donne à mon tour un ordre en m’adressant au groupe car tout le monde se prépare. 
La cinématique de vie passée se termine pour laisser place à un retour rapide à la surface et en pleine forme.

Je m’adresse à Marie Thérèse, qui est agapé-thérapeute, chaman et surtout accède aux informations de toutes les structures énergétiques pour soigner. Elle peut parler avec mes guides, voir des vies antérieures… 
C’est vraiment bluffant! Encore une personne exceptionnelle qui travaille du matin au soir sans compter et qui ne vit que par les dons qui lui sont transmit. Elle commence par s’adresser à mon masculin sacré et de fil en aiguille, elle enquête et obtient de nombreuses réponses dont celle où j’ai un champs d’infinies possibilités que je ne fructifie pas pour moi. 
La situation n’est pas normal, car je donne pour les autres et ne demande rien pour ce qui me concerne. Ça peut paraître surprenant, mais effectivement la prière, l’intention, les demandes à l’univers ne sont vraiment pas mon quotidien. Elle continue vers ma mémoire ADN énergétique et l’information du judaïsme lui saute aux yeux. 
Je lui transmet juste mes deux expériences du rêve et sortie de corps en occultant l’expansion de conscience qui révèle trop de détails. 
Elle un peu trop balèze, et je souhaite prolonger le plaisir d’être impressionné. Elle me dit alors que j’ai fais des choses sales dans une vie très lointaine, j’étais d’obédience Judaïque et chef d’un grand groupe qui ont trahit et persécuté de nombreux Juifs. Portant la culpabilité, indigne de recevoir des grâces, je n’ai plus osé demander « à l’invisible ».
Wow !
Marie Thérèse me propose alors de guérir cette blessure, chose qu’elle fait immédiatement.
« Demander, accueillir, rendre grâce » tel est mon nouveau credo et ça fait du bien !

Lien du podcast à télécharger

Commentaires

Les articles les plus consultés en 2017